Des nouvelles d’Haïti avec de très belles images:


"Après moins de deux heures de prise de vue, noyé par les litres d’eau reçu, mon appareil s’éteint. Ni fleur ni couronne, un hommage lui sera rendu dans la plus stricte intimité…
Il reste le début d’une journée de reportage avortée:”

(d’après sa page Facebook)

Une gravure en tetra-pack pour le projet participatif de Tétra Éditions.

Quelques nouvelles: je suis diplômée, fini l’école, et l’exposition photo et son sur les musiciens haïtiens se monte doucement pour décembre.

J’ai reçu mes tirages d’expo qu’il faut que j’aille faire contrecoller, j’imprime mon livre, je construis et peins mes panneaux. À (très) bientôt ! J’ai reçu mes tirages d’expo qu’il faut que j’aille faire contrecoller, j’imprime mon livre, je construis et peins mes panneaux. À (très) bientôt ! J’ai reçu mes tirages d’expo qu’il faut que j’aille faire contrecoller, j’imprime mon livre, je construis et peins mes panneaux. À (très) bientôt ! J’ai reçu mes tirages d’expo qu’il faut que j’aille faire contrecoller, j’imprime mon livre, je construis et peins mes panneaux. À (très) bientôt ! J’ai reçu mes tirages d’expo qu’il faut que j’aille faire contrecoller, j’imprime mon livre, je construis et peins mes panneaux. À (très) bientôt !

J’ai reçu mes tirages d’expo qu’il faut que j’aille faire contrecoller, j’imprime mon livre, je construis et peins mes panneaux. À (très) bientôt !

J’ai commencé la fabrication des panneaux d’exposition. Après découpe et ponçage du bois, la sérigraphie en blanc des deux côtés. J’ai commencé la fabrication des panneaux d’exposition. Après découpe et ponçage du bois, la sérigraphie en blanc des deux côtés. J’ai commencé la fabrication des panneaux d’exposition. Après découpe et ponçage du bois, la sérigraphie en blanc des deux côtés. J’ai commencé la fabrication des panneaux d’exposition. Après découpe et ponçage du bois, la sérigraphie en blanc des deux côtés.

J’ai commencé la fabrication des panneaux d’exposition. Après découpe et ponçage du bois, la sérigraphie en blanc des deux côtés.

Foula, avec entre autres Turgot Théodat au saxophone et Jean-Raymond Giglio au tambour.

Causes et raisons des îles désertes

"L’élan de l’homme qui l’entraîne vers les îles reprend le double mouvement qui produit les îles en elles-mêmes. Rêver des îles, avec angoisse ou joie peu importe, c’est rêver qu’on se sépare, qu’on est déjà séparé, loin des continents, qu’on est seul et perdu - ou bien c’est rêver qu’on repart à zéro, qu’on recrée, qu’on recommence. Il y avait des îles dérivées, mais l’île, c’est aussi ce vers quoi l’on dérive, et il y avait des îles originaires, mais l’île, c’est aussi l’origine, l’origine radicale et absolue. (…) 
L’île est ce que la mer entoure, et ce dont on fait le tour, elle est comme un oeuf. Oeuf de la mer, elle est ronde. Tout se passe comme si, son désert elle l’avait mis autour d’elle, hors d’elle. Ce qui est désert c’est l’océan tout autour. C’est en vertu des circonstances, pour d’autres raisons que le principe dont elle dépend, que les navires passent au loin et ne s’arrêtent pas. Elle est désertée plus qu’elle n’est un désert. Si bien qu’en elle-même elle peut contenir les plus vives sources, la faune la plus agile, la flore la plus coloriée, les nourritures les plus étonnantes, les sauvages les plus vivants, et le naufragé comme son fruit le plus précieux, enfin pour un instant le bateau qui vient le chercher, malgré tout cela, elle n’en est pas moins l’île déserte."

Causes et raisons des îles désertes - Gilles Deleuze

Je sors d’une matinée de tests d’impression. Voici un aperçu de mon chemin de fer (pas terminé) et de l’ambiance colorée du bouquin que je suis en train de réaliser (en vrai le jaune est plus tournesol que citron).
(Et la petite carte postale en dessous c’est une photo de Nina Ferrer-Gleize.) Je sors d’une matinée de tests d’impression. Voici un aperçu de mon chemin de fer (pas terminé) et de l’ambiance colorée du bouquin que je suis en train de réaliser (en vrai le jaune est plus tournesol que citron).
(Et la petite carte postale en dessous c’est une photo de Nina Ferrer-Gleize.)

Je sors d’une matinée de tests d’impression. Voici un aperçu de mon chemin de fer (pas terminé) et de l’ambiance colorée du bouquin que je suis en train de réaliser (en vrai le jaune est plus tournesol que citron).

(Et la petite carte postale en dessous c’est une photo de Nina Ferrer-Gleize.)

Un projet d’une photographe britannique sur les costumes du carnaval jacmélien. Elle a mené encore d’autres projets en Haïti, visibles sur son site.

Turgot Théodat est un des meilleurs saxophonistes haïtiens.